Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Non, je ne suis plus une Victime ! Feuetlumière; Psychologie...

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 11032
Age : 69
Date d'inscription : 08/05/2005

MessageSujet: Non, je ne suis plus une Victime ! Feuetlumière; Psychologie...   Dim 8 Nov - 0:36:19

d26 Je n’ai pas vécu ma vie ! Je m’en rends compte de plus en plus clairement.
D’ailleurs, est-ce que je sais vraiment ce qu’est la Vie ?

Je subis ma vie


Mon rapport à la réalité est déformé. Je continue à voir les autres, Dieu, le monde à travers les croyances que l’on m’a apprises. Nombre de mes pensées ne sont que des citations, mes gestes ne sont souvent que des imitations. Et, j’ai plus appris à subir ma vie, à me mettre en position de victime plutôt qu’à faire des choix personnels qui viennent vraiment de moi et qui m’engagent personnellement.
Est-ce que je ne m’entends pas souvent dire : « Je n’ai pas de chance, je suis né sous une mauvaise étoile. Qu’est-ce que j’ai fait au "Bon" Dieu pour mériter ça ? Je suis nul ? » Ou encore ces expressions générales et négatives sur la vie du type : « La vie est dure ; on n’a rien sans rien ; les meilleurs partent les premiers ; c’est trop beau pour être vrai ; cela ne va pas durer, ce bien être, je vais le payer… »
Finalement, en y regardant bien, je considère encore ma vie comme si je n’en étais pas vraiment l’acteur. Je me place comme un spectateur qui la subit passivement, négativement ou qui me rebelle contre elle.

Victime persécutrice


Je suis prisonnier de la notion de faute. Devant un événement douloureux auquel je suis confronté, un incident, un accident, une séparation, une maladie, la perte de mon emploi, des difficultés de communication, ma première réaction est de chercher le fautif. Et je navigue entre une position de culpabilisation excessive où je pense que tout est de ma faute et une autre accusatrice, où je cherche les coupables extérieurs : l’autre, mon ami, mon conjoint, "mon" Dieu à qui j’attribue la responsabilité de cette situation.
Est-ce que j’ai bien conscience qu’en restant dans ce scénario de victime persécutrice, je répète ce que trop souvent on a fait avec moi dans mon enfance?

Le problème n’est pas de savoir qui est coupable mais comment faire pour en sortir. Dieu ne nous pousse pas à rechercher des coupables, Il ne veut pas nous punir. Mais Il souhaite nous aider à comprendre les mécanismes qui ont pu conduire à la situation actuelle et Il nous aide à trouver des solutions.
En me situant dans ce scénario de victime persécutrice, je rejoue le scénario d’Adam et Eve qui, au lieu de se jeter dans les bras de Dieu qui alors les aurait étreints avec amour, cherchent un responsable extérieur. Ils sont dans une problématique de la faute : « C’est le serpent qui… C’est la femme que tu m’as donné qui… »

Retrouver la confiance


Redevenir un petit enfant, retrouver l’innocence, c’est revivre une relation d’amour confiante, comme nous le propose la petite Thérèse : Elle avait appris à se jeter dans les bras de Dieu en lui confiant toutes ses difficultés ou ses erreurs pour ne plus y revenir ensuite d’une façon obsessionnelle, répétitive, comme une victime, tendance qu’elle avait pourtant connue dans son enfance. Dieu nous aide à repartir, Il nous aide à intégrer progressivement le passé quel qu’il soit et à ne plus nous enfermer dans une position de victime, de persécuteur ou même de sauveteur dans laquelle je me mets au-dessus des autres en pensant qu’ils ont besoin de moi comme si moi je n’avais pas besoin d’eux…

Je suis responsable de ma vie


Aujourd’hui, je veux enfin prendre la responsabilité de ma vie : oui, c’est bien moi qui ai posé ces actes qu’ils soient justes ou non. Mon passé, mes blessures, mon hérédité, mon éducation peuvent les expliquer. Mais aujourd’hui, ma responsabilité, c’est d’accueillir le bien que Dieu m’aide à en tirer. Par exemple, face à mon enfant adolescent qui se drogue, qui a eu des démêlés avec la police, ou face à mon conjoint qui est parti, je suis tenté de me culpabiliser à outrance ou de le rejeter et de me sentir victime. Mais je peux aussi ressentir la compassion de Dieu pour cette situation et je peux comprendre ce qui nous a séparé tout au long des années passées, ce qui est ma part, ce qui est la sienne.

Pleurer dans les bras de Dieu


Ma part, je vais la regarder avec lucidité. Cela va certainement me faire mal, je vais peut-être avoir une impression de gâchis, mais loin de m’en vouloir ou de chercher des coupables, je vais pleurer sur ce que j’ai manqué, pleurer dans les bras de Dieu . Je pourrai découvrir que la meilleure façon de rejoindre mon enfant ou mon mari qui est parti, c’est d’entrer dans une attitude de prise de conscience, de repentir positif. Et, plutôt que de vouloir le changer lui, je vais d’abord me changer moi en découvrant ce qui dans ma vie est à l’origine de mes propres blessures (cf. FL n°214). Je trouverai la joie intérieure véritable chaque fois que j’entrerai profondément dans cette notion de gâchis, où il n’est pas question d’accusation mais de compréhension de ce qui s’est vraiment passé. Heureux ceux qui pleurent en comprenant car ils découvriront la joie parfaite.

Le jugement de Salomon


On cite souvent cette sainte qui, lorsqu’elle voyait un défaut chez l’autre, développait chez elle la qualité inverse. Devant toutes ces situations, je n’oublie pas le jugement de Salomon qui consiste à faire triompher l’amour sur le mal. L’abandon de ce que je convoite et l’acceptation de la liberté de l’autre, même si elle me fait souffrir, est un vrai chemin de libération. Salomon n’a pas donné le bébé à la femme qui le voulait pour elle-même quitte à le couper en deux mais à celle qui voulait qu’il vive même si elle ne l’avait pas. (cf. 1R 3,16)
À partir d’aujourd’hui, je choisis d’être de plus en plus responsable de ma vie. J’ai à poser des actes qui m’engagent. Je peux faire des erreurs, mais je les rectifierai avec Dieu, petit à petit. Chaque jour, c’est bien moi qui déciderai, choisirai et agirai. Je ne veux plus me contenter de vivre comme si un déterminisme pesait sur moi, comme si les choses étaient jouées d’avance et je comprends que la volonté de Dieu correspond parfaitement à celle de mon être profond.






Auteur: Yves Boulvin Feu&Lumière

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Non, je ne suis plus une Victime ! Feuetlumière; Psychologie...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Non, je ne suis plus une Victime ! Feuetlumière; Psychologie...
» [help] suis je victime d'un mauvais sort ?
» Suis-je victime de Magie Noire selon vous ?
» [Help] Suis-je victime d'une attaque vaudou ?
» Gamine victime de racket

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Téléchargement :: Enseignements-
Sauter vers: