Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 17 septembre Les Stigmates de Saint François d'Assise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miséricorde de Dieu
Assidu
Assidu
avatar

Nombre de messages : 6441
Age : 59
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: 17 septembre Les Stigmates de Saint François d'Assise   Dim 17 Sep - 1:49:57




PREMIÈRE CONSIDÉRATION

COMMENT MESSIRE ROLAND DE CHIUSI DONNA LE MONT ALVERNE A SAINT FRANÇOIS


Quant à la première considération, il faut savoir que saint François, à l'âge de quarante-trois ans, en 1224(1), partit, inspiré par Dieu, du Val de Spolète pour aller en Romagne avec frère Léon, son compagnon; et sur sa route il passa au pied du château de Montefeltro (2), où il se faisait alors un grand banquet et une assemblée parce que l'un de ces comtes de Montefeltro était armé chevalier. Apprenant cette solennité qui se faisait là et que beaucoup de gentilshommes de diverses régions s'y trouvaient réunis, saint François dit à frère Léon: « Allons là-haut, à cette fête, car, avec l'aide de Dieu, nous y ferons quelque bien spirituel. »

Parmi les autres gentilshommes qui étaient venus à cette assemblée, il y avait là un riche et considérable gentilhomme de Toscane, nommé Messire Roland de Chiusi en Casentino (3), qui, en raison des choses merveilleuses qu'il avait entendues sur la sainteté et les miracles de saint François, lui portait grande dévotion et avait très grand désir de le voir et de l'entendre prêcher .

Saint François arriva à ce château, y entra et s'en alla sur la place, où était réunie toute la foule de ces gentilshommes; en ferveur d'esprit, il monta sur un petit mur et commença à prêcher, en prenant comme thème de sa prédication ces paroles en langue vulgaire (4) :

Tanto è quel bene ch 'io aspetto, che ogni pena m'è diletto (5).

Et sur ce thème, sous la dictée de l'Esprit-Saint, il prêcha, avec une telle dévotion et une telle profondeur, en le prouvant par diverses peines et martyres des saints Apôtres et des saints Martyrs, et par les dures pénitences des saints Confesseurs, et par les nombreuses tribulations et tentations des Vierges saintes et des autres Saints, que tous ces gens y demeuraient les yeux et l'esprit fixés sur lui, et écoutaient comme si c'était un Ange de Dieu qui parlât. Parmi eux, ledit Messire Roland, touché de Dieu en son coeur par la merveilleuse prédication de saint François prit la résolution d'aller, après la prédication, s'entretenir avec lui des choses de son âme.

Aussi, la prédication terminée, il prit à part saint François et il lui dit: « Père, je voudrais m'entretenir avec toi du salut de mon âme. Saint François (6) répondit: « Cela me plaît beaucoup, mais, ce matin, va et fais honneur à tes amis qui t'ont invité à cette fête, dîne avec eux, et après le dîner nous parlerons ensemble tant qu'il te plaira. Messire Roland s'en alla donc dîner et, après le dîner, il retourna à saint François et il lui exposa et régla entièrement avec lui les choses de son âme. Et, à la fin, ce Messire Roland dit à saint François: « Je possède en Toscane un mont très favorable à la piété, qui s'appelle le mont Alverne (7) ; il est très solitaire, couvert de bois, et fort bien disposé pour qui voudrait faire pénitence en un lieu écarté du monde, ou pour qui a le désir de la vie solitaire. S'il te plaisait, je te le donnerais volontiers, à toi et à tes compagnons, pour le salut de mon âme. Saint François, à une offre aussi généreuse de ce qu'il désirait beaucoup, éprouva une très vive allégresse, et, louant et remerciant Dieu d'abord, puis Messire Roland, il lui parla en ces termes: « Messire, quand vous serez retourné chez vous, je vous enverrai de mes compagnons, et vous leur montrerez ce mont; et s'il leur paraît propre à la prière et à faire pénitence, j'accepte dès maintenant votre offre charitable. Cela dit, saint François s'en alla; après avoir achevé son voyage, il s'en retourna à Sainte-Marie des Anges; et de même Messire Roland, cette assemblée solennelle terminée, s'en retourna à son château qui s'appelait Chiusi et qui est près de l'Alverne, à un mille.

S'en étant donc retourné à Sainte-Marie des Anges, saint François envoya deux de ses compagnons audit Messire Roland qui, à leur arrivée chez lui, les reçut avec une très grande allégresse et charité, et, voulant leur montrer le mont Alverne, il envoya avec eux une bonne cinquantaine d'hommes armés, pour les défendre au besoin contre les bêtes sauvages, Ainsi accompagnés, ces frères gravirent le mont et l'explorèrent avec soin; et à la fin ils arrivèrent à une partie du mont très favorable à la piété et très propre à la contemplation; il y avait dans cette partie un plateau, et c'est ce lieu qu'ils choisirent pour y habiter, eux et saint François; et, avec l'aide de ces hommes armés qui les accompagnaient, ils firent une hutte de branches d'arbres (Cool ; et ainsi ils acceptèrent et prirent, au nom de Dieu, le mont de l'Alverne et le couvent des frères sur ce mont; puis ils partirent et s'en retournèrent vers saint François, Arrivés près de lui, ils lui racontèrent comment et de quelle manière ils avaient pris possession sur le mont Alverne, d'un endroit très propre à la prière et à la contemplation. Lorsqu'il entendit cette nouvelle, saint François se réjouit beaucoup, et, louant et remerciant Dieu, il parla à ces frères, d'un air joyeux, et il leur dit: « Mes fils bien-aimés, nous approchons de notre carême de saint Michel Archange (9), et je crois fermement que c'est la volonté de Dieu que nous fassions ce carême sur le mont Alverne, qui, par la divine sollicitude, nous a été préparé pour que, à l'honneur et gloire de Dieu et de sa glorieuse Vierge Marie et des saints Anges, nous méritions du Christ, par la pénitence, de lui consacrer ce mont béni, »

Et cela dit, saint François prit avec lui frère Massée de Marignan d'Assise, qui était homme de grande sagesse et de grande éloquence, frère Ange Tancrède de Rieti, qui était un noble gentilhomme et avait été chevalier dans le siècle, et frère Léon, qui était homme de parfaite simplicité et pureté, ce pourquoi saint François l'aimait beaucoup et lui révélait presque tous ses secrets, Avec ces trois frères, saint François se mit en prière, puis la prière finie, il se recommanda, lui et ses susdits compagnons, aux prières des frères qui restaient, et il se mit en route avec ces trois-Ià, au nom de Jésus-Christ crucifié, pour aller au mont Alverne.

En partant, saint François appela un de ces trois compagnons, c'est-à-dire frère Massée, et lui parla ainsi: « Toi, frère Massée, tu seras notre gardien et notre maître en ce voyage, pendant que nous irons et resterons ensemble, et que nous observerons notre coutume, soit de dire l'Office, soit de parler de Dieu, soit de garder le silence; et nous ne nous soucierons d'avance ni de manger ni de dormir; mais quand il sera l'heure de prendre logis, nous mendierons un peu de pain, nous nous arrêterons et reposerons en ce lieu que Dieu nous préparera, » Alors ces trois compagnons inclinèrent la tête, et, en faisant le signe de la croix, ils se mirent en route, Le premier soir ils arrivèrent à un couvent des frères et ils y logèrent (10) ; le second soir, parce que le temps était mauvais et qu'ils étaient fatigués, comme ils ne pouvaient atteindre ni aucun couvent de frères, ni un château, ni quelque village, et que la nuit survenait à l'improviste à cause du mauvais temps, ils se réfugièrent pour y gîter dans une église abandonnée et sans offices, et ils s'y reposèrent (11).

Et, pendant que ses compagnons dormaient, saint François se jeta en prière; et comme il continuait à prier, voici venir, à la première veille de la nuit, une grande multitude de démons très féroces, avec très grand fracas et tumulte; et ils commencèrent à lui livrer forte bataille et à le molester rudement; l'un l'empoignait par ici, l'autre par là; l'un le tirait en bas, l'autre en haut; l'un le menaçait de ceci, l'autre lui reprochait cela; ainsi, de diverses façons, ils s'ingéniaient à l'arracher à sa prière, mais sans succès, car Dieu était avec lui. Aussi, quand saint François eut longtemps soutenu ces batailles démoniaques, il commença à crier à haute voix: « Esprits damnés, vous ne pouvez rien, si ce n'est quand la main de Dieu vous le permet; et c'est pourquoi, de la part de Dieu tout-puissant, je vous dis de faire de mon corps ce qui vous est permis par Dieu; je le supporterai volontiers, car je n'ai pas pire ennemi que mon corps; aussi, si vous tirez à ma place vengeance de mon ennemi, vous me rendez un très grand service. » Alors les démons, avec très grande violence et furie, le saisirent et commencèrent à le traîner par l'église, et à lui faire subir de bien plus grandes vexations et tourments qu'auparavant.

Et saint François commença alors à crier et à dire: « Mon Seigneur Jésus-Christ, je te remercie de me témoigner tant d'amour et charité; car c'est là un signe de grand amour, que le Seigneur punisse bien en ce monde son serviteur de tous ses défauts, pour qu'il n'en soit pas puni en l'autre. Et je suis prêt à supporter allègrement toute peine et toute adversité que toi, mon Dieu, tu veux m'envoyer pour mes péchés » :

Alors les démons, confondus et vaincus par sa constance et sa patience, s'en allèrent (12) ; et saint François, en ferveur d'esprit, sortit de l'église et entra dans un bois qui était près de là; il s'y jeta en prière, et avec des prières, et avec des larmes, et en se frappant la poitrine, il s'efforça de trouver Jésus, l'époux et le bien-aimé de son âme. Et le trouvant finalement au fond de son âme, tantôt il lui parlait avec respect comme à son seigneur, tantôt il lui répondait Comme à son juge, tantôt il le priait comme un père, tantôt il s'entretenait avec lui comme un ami. Pendant cette nuit et dans ce bois, ses compagnons, qui s'étaient éveillés et qui restaient écouter et considérer ce qu'il faisait, le virent et l'entendirent prier dévotement, par des larmes et des paroles, la divine miséricorde pour les pécheurs. Ils le virent et l'entendirent encore gémir à haute voix sur la passion du Christ, comme s'il la voyait des yeux du corps. En cette même nuit, ils le virent prier, les bras réunis en forme de croix, suspendu et soulevé de terre pendant un long temps, et enveloppé d'une nuée resplendissante. Et ainsi en ces saints exercices, il passa toute la nuit sans dormir.

Puis le matin, sachant qu'à cause de la fatigue de cette nuit et du manque de sommeil, saint François était trop faible de corps et aurait difficilement pu faire route à pied, ses compagnons s'en allèrent trouver un pauvre paysan des environs, et lui demandèrent de prêter, pour l'amour de Dieu, son petit âne à frère François leur père, qui ne pouvait aller à pied. Entendant nommer frère François, cet homme leur demanda: « Etes-vous des frères de ce frère François d'Assise, dont on dit tant de bien ? » Les frères répondirent que oui et que c'était bien pour lui qu'ils demandaient la bête de somme. Alors ce brave homme apprêta le petit âne avec grande dévotion et sollicitude, et le mena à saint François, qu'il fit avec grand respect monter dessus. Et ils poursuivirent leur route, cet homme avec eux, derrière son petit âne.

Après qu'ils eurent fait un peu de chemin, le paysan dit à saint François: « Dis-moi, es-tu frère François d'Assise ? » Saint François répondit que oui: « Tâche donc alors, dit le paysan, d'être aussi bon que tout le monde le pense, parce que beaucoup de gens ont grande confiance en toi aussi je te donne le conseil de n'avoir rien en toi qui diffère de ce que l'on espère de toi.» Saint François, entendant ces paroles, ne se fâcha point d'être admonesté par un paysan et ne se dit pas en lui-même :

Quelle bête est cet homme qui m'admoneste ainsi ? ce que diraient aujourd'hui beaucoup d'orgueilleux qui portent la cape; mais il se jeta sur-Ie-champ de l'âne à terre, s'agenouilla devant cet homme, lui baisa les pieds et le remercia humblement de ce qu'il avait bien voulu l'admonester avec tant de charité. Alors le paysan et les compagnons de saint François le relevèrent de terre avec grande dévotion et le remirent sur l'âne, puis ils continuèrent leur chemin (13). Quand ils furent arrivés à moitié peut-être de l'ascension de la montagne, comme la chaleur était très grande et l'ascension pénible, une très grande soif assaillit ce paysan, au point qu'il se mit à crier derrière saint François : « Hélas! je me meurs de soif; et, si je n'ai pas quelque chose à boire, je vais sur-le-champ rendre l'âme. » Ce pourquoi saint François descendit de l'âne et se jeta en prière ; et il resta à genoux, les mains levées vers le ciel, jusqu'à ce qu'il sût par révélation que Dieu l'avait exaucé. Et il dit alors au paysan: « Cours au plus vite à cette pierre, et tu y trouveras l'eau vive que le Christ, dans sa miséricorde, vient d'en faire jaillir ». L 'homme courut à l'endroit que saint François lui avait indiqué et trouva une très belle source, que la vertu de la prière de saint François avait fait sortir du très dur rocher; il but copieusement et se trouva réconforté. Et il apparaît bien que cette source fut miraculeusement produite par Dieu à la prière de saint François, car, ni auparavant, ni depuis, on ne vit jamais en ce lieu source d'eau, ni même aucune eau dans un grand espace aux alentours. Cela fait, saint François, ses compagnons et le paysan remercièrent Dieu du miracle qui leur avait été manifesté puis ils continuèrent leur chemin (14).

Comme ils approchaient du pied même du rocher de l'Alverne, il plut à saint François de se reposer un peu sous un chêne qui était sur le chemin et qui s'y trouve encore (15) ; et pendant qu'il était dessous, saint François commença à contempler le paysage et la disposition du lieu. Et comme il le faisait, voici venir une grande multitude d'oiseaux divers, qui, par leurs chants et leurs battements d'ailes, montraient tous très grande joie et allégresse; et ils entourèrent saint François de telle sorte que les uns se posèrent sur sa tête, les autres Sur ses épaules, d'autres sur ses bras, d'autres dans son sein et d'autres autour de ses pieds. A cette vue, ses compagnons et le paysan furent émerveillés, et saint François, au comble de la joie, parla ainsi: « Je crois, mes très chers frères, qu'il plaît à Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous habitions Sur cette montagne solitaire, puisque nos soeurs et nos frères les oiseaux (16) témoignent tant d'allégresse de notre venue ». Après avoir dit ces paroles il se leva et ils se mirent en marche; et finalement ils parvinrent à l'endroit qu'avaient d'abord choisi ses compagnons.

A la louange de Dieu et de son très saint Nom. Amen.

Et voilà quant à la première considération, c'est-à-dire à la manière dont saint François parvint au saint mont de I'Alverne.

Suite
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Fdassise/stigmates/Stigmates1.html

Pensées de Saint Bonaventure, "Le Docteur séraphique"sur les stigmates de Saint François.
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/gueranger/anneliturgique/pentecote/pentecote05/024.htm

SAINTS DU 17 SEPTEMBRE

http://nominis.cef.fr/contenus/fetes/17/9/2015/17-Septembre-2015.html

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
Miséricorde de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saintmichel-princedesanges.com/
 
17 septembre Les Stigmates de Saint François d'Assise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les STIGMATES de Saint François D'Assise (17 septembre)
» -Prière pour la paix de Saint François d'Assise, le 13 04 07
» La vie de Saint François d'Assise
» La prédiction de Saint François d'Assise
» Prière de Saint François d'Assise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Les Saints du jour :: Les Saints du jour-
Sauter vers: