Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Méditation du Dimanche 12 février 2017 6e dimanche du Temps Ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Claude
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Méditation du Dimanche 12 février 2017 6e dimanche du Temps Ordinaire   Dim 12 Fév - 8:37:12

Le christianisme : une école de dépassement


Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.

Evangile selon St Matthieu chapitre 5, 17-37


« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux.
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien ! moi, je vous dis : tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation.
Eh bien ! moi, je vous dis : tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais.


Prière d'introduction


Je crois en toi, Seigneur, parce que ta doctrine n’est pas purement humaine. Je crois en toi, parce que tu as pratiqué ce que tu as prêché. J’espère en toi parce que, bien que je trouve difficile de vivre ton enseignement, tu me donnes la force que je ne peux pas trouver en moi-même. Je t’aime parce qu’alors même que je t’ai souvent offensé, tu me pardonnes toujours, tu m’élèves vers le haut et tu me donnes une autre chance.

Demande


Seigneur, donne-moi la grâce de pardonner à ceux qui m’ont blessé.

Points de réflexion



1. Mieux que les Pharisiens.

Le christianisme demande d’aller plus loin : au-delà de ce qui est prévu, au-delà de ce qui est normal. Les Pharisiens étaient les modèles de la religion juive, mais le Christ demande à ses auditeurs de les surpasser. Ceci signifie que la religion est plus que des formalités. À quoi bon accomplir une pratique religieuse loyalement s’il n’y a pas l’amour ? Le royaume de Dieu est un royaume d’amour. Pratiquer notre religion sans grandir dans l’amour vrai revient à ne pas la pratiquer du tout. Les justes sont ceux qui préfèrent faire les choses comme Dieu veut qu’elles soient faites. Le psaume 73 commence avec l’exclamation : « Oui, Dieu est bon pour ceux qui ont le cœur pur ! »


2. Se fâcher.

Il est facile de se fâcher parce que la colère est un sentiment qui survient quand nous sommes confrontés à un mal difficile à surmonter. Ainsi, si nous pensons que quelqu’un veut nous nuire, nos actions seront guidées par la colère. Cependant il y a un problème : nous nous fâchons souvent au sujet de choses qui ne sont pas vraiment un mal en elles-mêmes, mais seulement un mal pour nous. Quand nous recherchons le silence, n’importe quel bruit nous irrite. Quand nous avons faim, un réfrigérateur vide nous exaspère. Jésus va jusqu’à enseigner que tuer un homme et se fâcher avec lui sont des maux analogues. C’est parce que notre tendance à la colère réside dans l’égocentrisme, et lorsque nous nous fâchons avec une personne, nous la traitons d’une manière qui nie sa dignité.

3. La réconciliation.

La haine produit une réponse de haine. La colère produit une réponse de colère. La violence engendre la violence. Afin de casser ce cycle négatif, il est nécessaire « d’accomplir le contraire ». Lorsque l’on nous déteste, aimer. Lorsque l’on nous provoque, être doux. Quand on nous blesse, pardonner. Quand quelqu’un me fait du mal, je réponds en faisant le bien, par une bénédiction. Beaucoup de conflits dans la société et dans le monde sont dus au fait que l’homme ne sait pas toujours chercher la réconciliation. Demander pardon ou pardonner de bon cœur est fréquemment perçu comme de la faiblesse. Ce n’est pas du tout une faiblesse ! Le pardon est quelque chose qui exige une grande force. Était-ce facile pour Jésus de pardonner à ceux qui l’ont crucifié ?

Dialogue avec le Christ


Jésus, enseigne-moi comment aller au-delà de mes tendances naturelles, au-delà de mes désirs personnels, au-delà de mes préoccupations, de sorte que je puisse être un vrai chrétien et te suivre avec un cœur pur et contrit. Que je te démontre combien j’apprécie ton pardon en pardonnant aux autres. Emplis-moi de ton amour et de ta force de sorte que je puisse vivre de manière véritablement chrétienne.

Résolution


Face à une contrariété, je dominerai ma colère et je réagirai de manière aimable.


Un père légionnaire du Christ

_________________
« Qui se tient à cet enseignement,
reste attaché au Père et au Fils » (2 Jn 9)
Revenir en haut Aller en bas
 
Méditation du Dimanche 12 février 2017 6e dimanche du Temps Ordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eclipse pénombrale le 10-11 Février 2017
» Textes Liturgiques du jour : 8 Février 2017, 5ième semaine du Temps Ordinaire
» Textes Liturgiques du jour : 20 Février 2017, 7ième semaine du Temps Ordinaire
» Emmanuel Dagher – Prévisions Énergétiques de Février 2017
» Textes Liturgiques du jour : 24 Février 2017, 7ième semaine du Temps Ordinaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Méditations-
Sauter vers: