Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Méditation du Samedi 09 juillet 2016 Saint Augustin Zhao Rong, prêtre et ses compagnons, martyrs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Claude
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5680
Age : 70
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Méditation du Samedi 09 juillet 2016 Saint Augustin Zhao Rong, prêtre et ses compagnons, martyrs   Sam 9 Juil - 8:29:34

La mission, les peurs et la force du chrétien


Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.

Evangile selon St Matthieu chapitre 10, 24-33


Le disciple n’est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son seigneur. Il suffit que le disciple soit comme son maître, et le serviteur, comme son seigneur. Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison, ce sera bien pire pour ceux de sa maison.
Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux.

Prière d'introduction


Me voici, Seigneur. Merci pour ce moment. Ouvre mon cœur à ta Parole, je veux te laisser agir en moi. Je veux que tu saches que malgré les distractions, la sécheresse, la paresse, mon plus grand désir c’est de te rencontrer et de t’aimer. Je t’offre ce temps de prière pour l’intention suivante : …

Demande


Seigneur, fais de moi un témoin de ton amour, autant dans le bonheur comme dans les épreuves !

Points de réflexion


1. La mission du chrétien. « Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits ». Un chrétien a pour mission d’annoncer la Bonne Nouvelle, de témoigner de sa foi en Jésus, faire part aux autres de l’expérience de l’amour de Dieu qu’il a faite. Il ne le fait pas par devoir, ce n’est pas quelque chose de lourd, car cette expérience se traduit naturellement en œuvres, en une façon d’être et de vivre. Mais d’où vient-elle, l’expérience de l’amour de Dieu ? Jésus nous le dit dans ce même passage : « Ce que vous entendez au creux de l’oreille ». C’est dans la prière, dans l’intimité avec le Seigneur que le chrétien se ressource. La mission est de communiquer, ce que l’on a vu dans la prière. Sans prière notre message est vide.

2. Les peurs du chrétien. Nous savons que la mission n’est pas toujours facile et bien accueillie. « Il suffit au disciple d’être traité comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S’ils ont appelé le maître de la maison Béelzébul, à combien plus forte raison appelleront-ils ainsi les gens de sa maison ! » Le Seigneur Jésus met en garde ses disciples contre les difficultés qui les attendent. En raison du lien qui nous unit, vous devez vous attendre à être traités de la même manière qu’on me traite. Si on me persécute, vous serez persécutés aussi (…). (Ne craignez point d’Yves I-Bing Cheng, M.D., M.A., [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
La persécution est une réalité que nous devons affronter si nous voulons être fidèles au Christ, autant dans la joie que dans la souffrance. Combien de chrétiens souffrent une persécution physique ! Ils ont perdu leur maison, ils ont dû quitter leurs pays, ils ont même donné leur vie ! Et cette réalité a été présente dès le début du christianisme. L’histoire est remplie de témoignages de martyrs, hommes et femmes, qui ont versé leur sang et grâce à eux l’Église se maintient fidèle à son Seigneur.
Mais tout chrétien souffre aussi un martyr intérieur. Combien de fois se moque-t-on de nous parce que nous allons à la messe le dimanche ; combien de médecins, d’avocats, de chefs d’entreprise ont été rejetés car ils ont défendu leurs valeurs ; combien de fois avons-nous dû dire ce que l’on pensait, sachant que l’opinion des autres était complètement différente. Ce n’est pas évident d’aller à contre-courant, et le Seigneur le sait ; il connaît nos luttes et nos peurs et en même temps il nous invite à la confiance. 

3. La force du chrétien. La force du chrétien est sa confiance en Dieu, la certitude que c’est lui qui agit en nous, qu’il est toujours fidèle à ses promesses. « Le disciple du Christ n’a rien à craindre car un jour toute la vérité sera connue. C’est l’argument que Jésus utilise pour nous rassurer. ‘Ne craignez pas vos persécuteurs car Dieu dévoilera leurs méfaits au jour du jugement, et possiblement même avant.’ (…) Nous pouvons être certains que la vérité sera alors connue. Si nous croyons sincèrement que Dieu mettra en pleine lumière toutes les activités des hommes et si la justice divine nous inspire confiance, alors nous n’avons pas à craindre les attaques de nos persécuteurs » (Ne craignez point d’Yves I-Bing Cheng, M.D., M.A., [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Par la foi nous pouvons dire comme saint Paul : « J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous » (Rom 8, 18 ).
Il y a aussi une autre vérité qui doit nous remplir de confiance : « Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés ». Nous sommes entre les mains de Dieu, sous son regard de Père, rien de ce qui nous arrive est pour notre malheur, tout ce que Dieu permet dans nos vies c’est pour notre bien. « Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien » (Rom 8, 28 ). Pourtant, au moment des difficultés, soyons dans la paix et la confiance ; nous avons un Père qui prend soin de nous.

Dialogue avec le Christ


Je vous propose de prendre la prière de Charles de Foucauld ou celle de sainte Bernadette. Mon Père, Je m'abandonne à toi, fais de moi ce qu'il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j'accepte tout. Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d'autre, mon Dieu. Je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne, mon Dieu, avec tout l'amour de mon cœur, parce que je t'aime, et que ce m'est un besoin d'amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père. (Prière d’abandon de Charles de Foucauld) « Pour la misère de père et mère, la ruine du moulin, le madrier de malheur, le vin de lassitude, les brebis galeuses, merci mon Dieu ! Merci, mon Dieu, pour le procureur, le commissaire, les gendarmes, et les mots durs de l’abbé Peyramale ! Pour les jours où vous êtes venue, Notre-Dame Marie, pour ceux où je vous ai attendue, je ne saurais vous rendre grâce qu’en Paradis ! Mais pour la gifle de Mlle Pailhasson, les railleries, les outrages, pour ceux qui m’ont crue folle, pour ceux qui m’ont crue menteuse, pour ceux qui m’ont crue avide, merci Dame Marie ! Pour ma mère morte au loin, pour la peine que j’ai eue quand mon père au lieu de tendre les bras à sa petite Bernadette m’appela « Sœur Marie Bernard », merci Jésus ! Pour Mère Joséphine qui m’a proclamé bonne à rien, merci ! Pour Mère Maîtresse, sa voix dure, sa sévérité, ses moqueries, et le pain d’humiliation, merci ! Merci d’avoir été celle à qui Mère Marie-Thérèse pouvait dire : « Vous n’en faites jamais d’autres ! » Merci d’avoir été cette privilégiée des semonces dont mes Sœurs disaient : « Quelle chance de n’être pas Bernadette ! » Merci pourtant d’avoir été Bernadette, menacée de prison parce qu’elle vous avait vue, regardée par les foules comme une bête curieuse, cette Bernadette si ordinaire qu’en la voyant on disait : « C’est ça » ! Pour ce corps piteux que vous m’avez donné, cette maladie de feu et de fumée, ma chair pourrie, mes os cariés, mes sueurs, ma fièvre, mes douleurs sourdes ou aiguës, merci mon Dieu ! Et pour cette âme que vous m’avez donnée, pour le désert des sécheresses intérieures, pour votre nuit et vos éclairs, vos silences et vos foudres, pour tout, pour vous absent ou présent, merci Jésus ! » (Extrait du testament de sainte Bernadette)

Résolution


Offrir un moment de prière ou un sacrifice pour tous les chrétiens persécutés et pour tous ceux qui persécutent l’Église.

Renata Denogean, consacrée de Regnum Christi

_________________
« Qui se tient à cet enseignement,
reste attaché au Père et au Fils » (2 Jn 9)
Revenir en haut Aller en bas
 
Méditation du Samedi 09 juillet 2016 Saint Augustin Zhao Rong, prêtre et ses compagnons, martyrs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méditation du Jeudi 09 juillet 2015 Saint Augustin Zhao Rong, prêtre, et ses compagnons, martyrs
» Saint Augustin Zhao Rong et commentaire du jour "Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups"
» Sainte Angèle Merici Vierge, fondatrice de la Congrégation des Ursulines, Saint Augustin Zhao Rong Prêtre et Martyr
» Observation samedi 30 juillet 2016
» Textes Liturgiques du jour : 2 Juillet 2016, Temps Ordinaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Méditations-
Sauter vers: