Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Osez aller vous confesser !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry
Assidu
Assidu
avatar

Nombre de messages : 514
Age : 52
Date d'inscription : 17/07/2013

MessageSujet: Osez aller vous confesser !   Mar 23 Juil - 4:44:40

J'aimerai vous apporter un témoignage personnel qui se veut être plus un enseignement sur la confession qu'une simple narration.
En fait, j'ai été pendant quelque temps un membre assez actif de ce forum. Puis, peu à peu, j'y suis venu de moins en moins souvent. Pendant longtemps, je l'ai délaissé, puis y suis revenu à nouveau simplement comme "simple visiteur" il y a de cela seulement quelques semaines.
Mais, j'ai vécu quelque chose de si fort par rapport au fait d'oser enfin aller me confesser, que je me suis réinscrit exprès, afin de vous faire partager cela.
Alors voilà ...



Crépuscule d'un soir d'été ...
Les splendides couleurs pastelles du soleil couchant s'atténuent lentement, jusqu'à ce que les derniers ramages des oiseaux fassent place à une douce nuit d'été, silencieuse, douce, tiède et sereine.
...
Belle aurore du lendemain ...
Dans le renouveau des gazouillis des passereaux, la courte nuitée en cette chaude saison à semblé bien brève, presque inaperçue, au souvenir des dernières notes de la faune ailée entendues avant l'entrée dans un sain sommeil bénéfique. Comme si le repos bienfaiteur indispensable à notre corps n'avait durée que le temps d'un battement de paupière.

C'est comme si la création n'avait jamais cessé de louer et glorifier le Seigneur, en nous y imprégnant pleinement et en nous faisant y participer à part entière.
Comme le chant quasiment ininterrompu des mésanges, merles, rossignols, tourterelles et autres espèces, reflétant la sainte louange des anges, archanges, séraphins, chérubins, et autres chœurs angélique ... notre âme n'a jamais cessé de glorifier et de rendre grâce au Seigneur de nous avoir sauvé par les mérites de Sa Passion et Sa Résurrection, tant la nuit que le jour.

Ainsi en est-il de celle ou celui qui ose se confesser régulièrement.
Du moins, voilà à quoi je puis comparer le ressenti qui est le mien, au lendemain de ma confession ... être et se savoir vivant par une douce journée d'été, répartie en une rayonnante lueur du soleil d'Amour et une nuit bénéfique ou la clarté de la lune, repose pied de Marie, me couvre du doux reflet de ma Mère.

Ce magnifique été, il nous appartient à nous même de le faire durer dans le temps aussi longtemps qu'on le voudra.
Sachons scruter notre ciel intérieur et soyons vigilants au mauvais vent qui apportera d'abord quelques nuages puis risquent d'attirer orages violents et ouragans dévastateurs.
Avant que cela ne survienne, sachons repousser ces petits nuages, même blancs, dans le Sacrement de Réconciliation.
Osons la confession !


Je vous en supplie mes frères et sœurs, ne faites pas comme moi, ne laissez pas ce maudit vent prendre possession de votre ciel !
Sans allez vous confesser régulièrement, il ne changera pas de direction. Et doucement, sans vous surprendre ni vous alerter, il amènera la grisaille qui obscurcira le Saint Soleil. Sans vous en rendre compte, vous vous habituerez peu à peu à vivre dans cette pénombre relative. Pour vous, l'été sera bel et bien fini !
L'automne passera alors, sans que vous vous en soyez rendu compte, vous ayant laissé toutes vos feuilles des vertus chrétiennes à terre et la sève de la foi véritable dans des racines plus basses que le niveau du sol gelé.
Et l'hivers sans fin sera là, bien installé en vous avec ses longues nuits noires, froides et ténébreuses. Dans cet hivers, on en oublie qu'il puisse y avoir d'autres saisons, et que le Soleil puisse exister !

Ceci, je l'ai vécu. Il y a encore huit mois, jamais je n'aurai pensé qu'il puisse y avoir un quelconque redoux dans ma vie de tous les jours. Mais c'était sans compter sur La Grace Divine, la Sainte Volonté de Dieu, et les prières de mes proches.
Aujourd'hui, je goutte pleinement à l'été merveilleux comme peut être jamais ne l'ai fait. j'en savoure pleinement tous les fruits.
Comment cela a t-il pu se faire ?
Parce que j'ai enfin oser aller me confesser et ai ensuite communier au Corps et au Sang de Jésus mon Sauveur.

Je ne vais pas refaire une thèse sur le Sacrement de Réconciliation, chacun peut trouver ici sur le forum ou ailleurs tout ce qu'il souhaite se voir expliquer à ce propos.
Mais je souhaite vivement vous redire à nouveau :
Osez aller vous confesser !

Pour ma part, c'est en abandonnant cette pratique que je me suis peu à peu écarté du chemin de vie, que j'ai délaissé la sainte messe et l'Eucharistie.
Je n'ai pas su repousser ce vent néfaste à temps, et je me suis laisser envahir par l'ampleur de sa force satanique qui m'a plonger bien plus vite qu'on ne penserait dans un long et rigoureux hiver sans foi, sans Dieu, sans amour des autres.
Pourtant, combien de fois j'aurais pu éviter cela si j'étais aller me confesser dès le début. Ensuite, arriva le déclin de la foi, le remord malsain de ne pas avoir reçu le Sacrement de la Réconciliation à temps, et tout déclina très vite.
Une fois que l'orage gronde et que souffle la tornade, il est trop tard ... l'hivers s’apprête à nous tomber dessus !
Sachons donc, avec l'aide de l'Esprit Saint, repérer les premiers nuages et faire en sorte qu'ils repartent au large ...
CONFESSONS NOUS !


Dernière édition par Salvatum le Mer 24 Juil - 18:32:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Osez aller vous confesser !   Mar 23 Juil - 16:09:41

Merci Salvatum pour ton très beau témoignage...

Oui le Sacrement du PARDON et L'EUCHARISTIE

Merveilles de Grâces de Dieu....

r5 

Curé d'Ars

Paroles du Saint Curé d'Ars
sur la Miséricorde de Dieu

LA PATIENCE DU PÈRE
La spiritualité du Curé d'Ars est dominée par la conscience de l'éternité ! L'enjeu final d'une existence humaine n'est pas la réussite d'une carrière, le succès d'une entreprise, si noble soit-elle ; l'enjeu, c'est la vie définitive avec Dieu. Chaque instant nous en rapproche ou peut nous en éloigner ! La vie humaine est orientée vers ce terme, comme la fleur est tournée vers le fruit et le nuage vers la pluie.

Le mot qui revient le plus souvent, sur les lèvres de Jean-Marie Vianney, pour désigner cette réalité, c'est le "ciel". Il l'avait prononcé, ce mot, souvenez-vous, dans sa réponse au petit berger qui lui avait indiqué la direction du village d'Ars : "Tu m'as montré le chemin d'Ars ; moi, je te montrerai le chemin du ciel."

On n'en finirait pas de citer les passages où le Saint Curé, dans ses homélies, parle du ciel et de l'éternité. Il disait à "ses" paysans :


" Ah ! quand on est attaché à la terre, il ne fait pas bon s'en aller ; notre premier but est d'aller à Dieu, nous ne sommes sur la terre que pour cela. "

ou bien, en parlant de Dieu :

" Nous le verrons ! Nous le verrons ! oh mes frères ! oh, mes frères! Y avez-vous pensé ? Nous verrons Dieu ! Nous le verrons tout de bon ! Nous le verrons tel qu'il est ! face à face ! Nous le verrons ! Nous le verrons ! "

Et encore :

" Au ciel, notre cœur sera tellement perdu, noyé dans le bonheur d'aimer Dieu, que nous ne serons plus occupés ni de nous, ni des autres, mais de Dieu seul! "

" Au ciel, nous serons heureux du bonheur de Dieu et beaux de la beauté de Dieu même ! "

Si l'homme joue son éternité dans le temps, on comprend de quel sérieux est revêtue l'existence ; on comprend les heures passées en adoration par Jean-Marie Vianney pour demander, dans une supplication instante, la grâce de la conversion de sa paroisse ; on comprend aussi l'ascèse qui imprégnait toute sa vie, les jeûnes quotidiens qu'il s'imposait. Il s'agissait de se tenir en alerte pour prendre place dans un combat grandiose où le pasteur s'emploie à faire passer dans l'éternité tous ceux que la Providence lui a confiés. Véritable pèlerinage dont il ne fallait pas manquer le terme ! Éviter l'abîme, c'est-à-dire l'échec le plus impressionnant qui se puisse concevoir : manquer Dieu !

C'est sans doute la conscience de cet enjeu capital qui conduisit progressivement Jean-Marie Vianney à s'installer au confessionnal, au point d'y passer ses jours et ses nuits ! Car il savait d'expérience que c'est dans l'intériorité la plus secrète des consciences, que se livrent les combats les plus virulents ; c'est là que se prennent les décisions irréversibles, que s'opèrent les choix dont la portée est décisive.

Jean-Marie Vianney, témoin silencieux des aveux, des repentirs, des résistances comme des conversions bouleversantes, touche du doigt l'immense miséricorde du Père, toujours prêt à ouvrir ses bras au fils qui revient. Et quand l'enfant tarde à revenir, la miséricorde prend le visage de la patience. Comme dans la parabole, le Père se tient sur le seuil de la porte et scrute l'horizon dans l'attente du retour de l'absent ! La patience du Père est une forme de martyre par l'incertitude dans laquelle elle établit celui qui ignore encore l'issue de l'attente : le fils reviendra-t-il enfin à la maison ?

Jean-Marie Vianney a éprouvé quelque chose de ce martyre ; et c'est pourquoi il a accepté de se laisser emprisonner dans le confessionnal. Comment s'en étonner quand on connaît les premières confidences qu'il fit à sa mère et à sa tante sur sa vocation : "Si j'étais prêtre, je voudrais gagner beaucoup d'âmes à Dieu ".

Il y a ainsi une logique profonde qui anime et traverse toute l'existence de Jean-Marie Vianney. Il n'a jamais voulu qu'une chose : travailler au salut de tous les hommes dans la grâce du Christ. C'est pourquoi la patience de Dieu et sa miséricorde ont eu une telle place dans sa spiritualité et dans son ministère de prêtre.

Puissent ces pages, en mettant en contact direct avec les mots de Jean-Marie Vianney faire désirer au lecteur de partager la vie définitive avec Dieu et de prendre les moyens pour y parvenir. Le sacrement de la Réconciliation est un de ceux-là, nous dit le Saint Curé d'Ars.


r1 


Père Guy Bagnard,
Évêque de Belley-Ars
Revenir en haut Aller en bas
 
Osez aller vous confesser !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Non-Chrétiens/ Non-Protestants: déchainez-vous!
» Pourquoi se confesser
» Allez-vous souvent à la confession ?
» 1er rendez vous chez l'orthophoniste
» Les autorisez-vous à aller aux toilettes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Espace "échanges" du forum-
Sauter vers: