Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mardi 12 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mardi 12 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour   Mar 12 Juil - 12:46:56



Mardi 12 juillet 2011
Textes de la messe de ce jour

Mardi, 15ème Semaine du Temps Ordinaire

Férie





1ère lecture : Moïse, élevé chez les Egyptiens, découvre la détresse de son peuple
( Ex 2, 1-15a )
Lecture du livre de l'Exode


Un homme de la tribu de Lévi avait épousé une femme de la même tribu. Elle conçut, et elle donna naissance à un fils. Voyant qu'il était beau, elle le cacha durant trois mois. Lorsqu'il lui fut impossible de le tenir caché plus longtemps, elle prit une corbeille de jonc, qu'elle enduisit de bitume et de résine. Elle y plaça le bébé, et déposa la corbeille au bord du Nil, au milieu des roseaux. La soeur de l'enfant se tenait à distance pour voir ce qui allait arriver.

La fille de Pharaon descendit au fleuve pour s'y baigner, tandis que ses suivantes se promenaient sur la rive. Elle aperçut la corbeille parmi les roseaux et envoya sa servante pour la prendre. Elle l'ouvrit et elle vit le bébé. C'était un petit garçon, il pleurait. Elle en eut pitié et dit : « C'est un petit Hébreu. » La soeur de l'enfant dit alors à la fille de Pharaon : « Veux-tu que j'aille te chercher, parmi les femmes des Hébreux, une nourrice pour allaiter le bébé ? » La fille de Pharaon lui répondit : « Va. » La jeune fille alla donc chercher la mère de l'enfant. La fille de Pharaon dit à celle-ci : « Emmène ce bébé et nourris-le. C'est moi qui te donnerai ton salaire. » Alors la femme emporta l'enfant et le nourrit.

Lorsqu'il eut grandi, elle le ramena à la fille de Pharaon qui le traita comme son propre fils ; elle lui donna le nom de Moïse, en disant : « Je l'ai tiré des eaux. » Arrivé à l'âge d'homme, Moïse se rendit auprès de ses compatriotes et fut témoin de l'oppression qu'ils subissaient. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu. Regardant autour de lui et ne voyant personne, il tua l'Égyptien et l'enfouit dans le sable. Revenu le lendemain, il vit deux Hébreux qui se battaient et il dit à l'agresseur : « Pourquoi frappes-tu ton compagnon ? » L'homme lui répliqua : « Qui t'a institué chef et juge sur nous ? Veux-tu me tuer comme tu as tué l'Égyptien ? » Moïse eut peur et se dit : « Pas de doute, la chose est connue. » Pharaon en fut informé et chercha à faire périr Moïse. Celui-ci prit la fuite et se retira dans le pays de Madiane.


Psaume : Pauvres qui cherchez Dieu, vous trouverez la vie !
( 68, 3, 14, 30-31, 33-34 )

J'enfonce dans la vase du gouffre,
rien qui me retienne ;
je descends dans l'abîme des eaux,
le flot m'engloutit.

Et moi, je te prie, Seigneur :
c'est l'heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
par ta vérité sauve-moi.

Et moi, humilié, meurtri,
que ton salut, Dieu, me redresse.
Et je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.

Les pauvres l'ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n'oublie pas les siens emprisonnés.


Acclamation : Alléluia. Alléluia.

Aujourd'hui, ne fermons pas notre coeur, mais écoutons la voix du Seigneur.
Alléluia.




Evangile : Malédication aux villes qui ne sont pas converties
( Mt 11, 20-24 )
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu'elles ne s'étaient pas converties :
« Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que les gens y auraient pris le vêtement de deuil et la cendre en signe de pénitence.
En tout cas, je vous le déclare : Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous, au jour du Jugement.
Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu'au ciel ? Non, tu descendras jusqu'au séjour des morts ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville subsisterait encore aujourd'hui.
En tout cas, je vous le déclare : le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi, au jour du Jugement. »




Homélie

Cri de souffrance de Jésus, cri de l’amour, qui ne comprend pas pourquoi on le refuse. Ces villes juives que le Seigneur affectionne particulièrement, Corazine et Bethsaïde, pourquoi ont-elles endurci leur cœur, alors que des cités comme Tyr et Sidon, qui symbolisent le paganisme le plus endurci, se seraient laissées toucher et se seraient converties à la vue des miracles accomplis par Jésus ?
Que dire alors de Capharnaüm, ville où le Seigneur s’est établi ? Dans son aveuglement elle a méprisé le don de Dieu, le jugeant dérisoire. Hélas ce péché de présomption l’entraîne plus bas que Sodome, modèle biblique de la perversion. Aussi sera-t-elle jugée plus sévèrement que cette dernière cité, qui n’avait pas bénéficié des miracles accomplis dans les villes de Judée et Galilée.
Tyr et Sidon représentent les ennemis ancestraux d’Israël : cités de violence qui refusent la différence entre les nations et briguent la domination sur le peuple élu. Le péché bien connu de Sodome désigne cette ville comme lieu de confusion, où la différence sexuelle est niée au profit de relations contre nature entre hommes.
Domination et confusion sont les deux déviances qui empoisonnent les relations humaines, parce que, chacune à leur manière, elles ne respectent pas l’altérité. Le rapprochement de ces villes, qui stigmatisent les conséquences du péché originel au niveau des rapports humains, nous laisse pressentir la visée des miracles accomplis par Jésus. En révélant par ces signes l’amour bienveillant du Père, Jésus veut avant tout nous rétablir dans une relation de confiance avec Dieu ; et par voie de conséquence, ouvrir le chemin vers une normalisation de nos rapports humains, sur base de cette commune appartenance à un seul Dieu et Père.
Tous les miracles de Jésus ont pour but de nous rétablir dans notre liberté de fils. Il nous guérit de la paralysie de nos peurs, il nous sauve de l’aveuglement de nos passions ; il ouvre nos oreilles à son jugement de miséricorde, afin que nos lèvres puissent énoncer une parole de pardon ; il nous ressuscite de la mort spirituelle et nous fait vivre de son Esprit.
Mais cette action libératrice ne s’impose pas de force : à nous de manifester notre désir de l’accueillir par une attitude de conversion sincère. Se convertir c’est se tourner résolument et radicalement vers Jésus : « Si vous ne tenez pas à moi, vous ne pouvez pas tenir » (Is 7,1-9). Nous l’avons entendu hier : le renouvellement de nos relations passe par un renoncement à nos affections naturelles qui sont toutes plus ou moins désordonnées, parce que marquées par les conséquences désastreuses du péché. Le Seigneur ne rapièce pas nos anciennes façon d’agir : il crée du neuf ; il nous faut naître de nouveau, « ni par puissance ni par force, mais par l’Esprit du Seigneur ».
Ce n’est qu’ainsi que nous parviendrons à rompre la chaîne de violence meurtrière et de possessivité étouffante qui se transmet de génération en génération, et que nous deviendrons des artisans du Royaume de justice et de paix que le Seigneur a préparé pour ceux qui entendent sa voix et se mettent résolument à sa suite.

Père Joseph-Marie
Revenir en haut Aller en bas
 
Mardi 12 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercredi 6 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 8 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Lundi 11 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Samedi 2 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Samedi 3 Décembre 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: