Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Samedi 9 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Samedi 9 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour   Sam 9 Juil - 16:03:37



Samedi 9 juillet 2011
Textes de la messe de ce jour


Samedi, 14ème Semaine du Temps Ordinaire

S. Augustin Zhao Rong, prêtre, et ses comagnons, martyrs






1ère lecture : Mort de Jacob, puis de Joseph, en Egypte
( Gn 49, 29-33; 50, 15-24 )
Lecture du livre de la Genèse


Jacob donna cet ordre à ses fils : « Je vais être réuni à mon peuple. Enterrez-moi auprès de mes pères, dans la caverne qui est dans le champ d'Éphrone le Hittite, dans la caverne du champ de Macpéla, en face de Mambré, au pays de Canaan, le champ qu'Abraham a acheté à Éphrone le Hittite comme domaine funéraire.
C'est là que furent enterrés Abraham et son épouse Sara ; c'est là que furent enterrés Isaac et son épouse Rébecca ; c'est là que j'ai enterré Léa.
C'est le champ qui fut acheté aux Hittites, avec la caverne qui s'y trouve. »
Lorsque Jacob eut achevé de donner ses instructions à ses fils, il s'allongea sur son lit, il expira et fut réuni à son peuple.

Voyant que leur père était mort, les frères de Joseph se dirent : « Si jamais Joseph nous prenait en haine, s'il allait nous rendre tout le mal que nous lui avons fait... »
Ils envoyèrent dire à Joseph : « Avant de mourir, ton père a exprimé cette volonté : 'Vous demanderez ceci à Joseph :
De grâce, pardonne à tes frères leur crime et leur péché, tout le mal qu'ils t'ont fait !' Maintenant donc, pardonne le crime des serviteurs du Dieu de ton père ! »
En entendant ce message, Joseph pleura.
Puis ses frères vinrent eux-mêmes se jeter à ses pieds et lui dire : « Voici que nous sommes tes esclaves. »
Mais Joseph leur répondit : « Soyez sans crainte ! Vais-je prendre la place de Dieu ?
Vous aviez voulu me faire du mal, Dieu a voulu en tirer du bien, afin de préserver aujourd'hui l'existence d'un peuple nombreux.
Soyez sans crainte : désormais je prendrai soin de vous et de vos enfants. » Il les réconforta par des paroles affectueuses.
Joseph demeura en Égypte avec la famille de son père, et il vécut cent dix ans.
Il vit les petits-enfants de son fils Ephraïm ; quant aux enfants de Makir, fils de Manassé son autre fils, il les reçut sur ses genoux à leur naissance.
Joseph dit à ses frères : « Je vais mourir. Dieu prendra soin de vous et vous fera remonter de ce pays dans le pays qu'il a promis par serment à Abraham, Isaac et Jacob. »


Psaume : Pauvres qui cherchez Dieu, vous trouverez la vie !
( Ps 104, 1-2, 3-4, 6-7 )

Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
chantez et jouez pour lui,
redites sans fin ses merveilles.

Glorifiez-vous de son nom très saint,
joie pour les coeurs qui cherchent Dieu !
Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face.

Vous, la race d'Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu'il a choisis.
Le Seigneur, c'est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l'univers.


Acclamation : Alléluia. Alléluia.

Heureux êtes-vous si l'on vous insulte à cause du nom de Jésus Christ :
l'Esprit de Dieu repose sur vous.
Alléluia. (1 P 4, 14)




Evangile : Discours d'envoi en mission : proclamer la Bonne Nouvelle sans crainte
( Mt 10, 24-33 )
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus disait aux douze Apôtres : « Le disciple n'est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son seigneur.
Le disciple doit se contenter d'être comme son maître, et le serviteur d'être comme son seigneur. Si le maître de maison s'est fait traiter de Béelzéboul, ce sera bien pire pour les gens de la maison.
Ne craignez pas les hommes ; tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu.
Ce que je vous dis dans l'ombre, dites-le au grand jour ; ce que vous entendez dans le creux de l'oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l'âme aussi bien que le corps.
Est-ce qu'on ne vend pas deux moineaux pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille.
Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés.
Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus que tous les moineaux du monde.
Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.
Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »




Homélie

Dans cet évangile, Jésus nous rappelle qu'à la fin des temps, nos pensées cachées nous accuseront ou nous défendront, et dévoileront ainsi le secret de notre âme : «Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. » Si nous nous prenions un instant à imaginer que lorsque nous parlons ou agissons l’on voit simultanément sur un écran de cinéma au-dessus de nous ce qui se passe dans notre tête� Quel appel à la conversion, à la cohérence !

Ces propos auraient de quoi faire peur si l’on oubliait qu’à la fin des temps, tout cela s’opèrera sous le regard de miséricorde de notre Père céleste dont les yeux sont trop purs pour voir le mal comme le dit l’Écriture (Hab 1, 13). De plus, il est toujours très périlleux d’interpréter des paroles de Jésus en les sortant de leur contexte.
En effet, lorsque Jésus s’exprime ici, il semble penser tout particulièrement à la mission de prédication de ses disciples pour les exhorter, devant l’adversité ou la moquerie, à ne pas trahir l’Evangile qu’ils ont la charge d’annoncer. Le début de son exhortation est manifeste : « Ne craignez pas les hommes » et la fin ne manque pas moins de clarté : « Ce que je vous dis dans l’ombre, dites-le au grand jour ; ce que vous entendez dans le creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. »

Comment cette invitation ne pourrait-elle pas nous rejoindre en ce début de troisième millénaire où le Christianisme est si souvent objet de dérision ! Jésus semble nous dire : On vous traite maintenant avec mépris, mais le temps dévoilera toutes choses, il mettra au grand jour les calomnies et fera éclater la lumière de la Vérité de ce que vous proclamez. Prêchez donc sans crainte, le front découvert, ce que je vous ai enseigné. Ce que vous aurez dit « dans l’ombre » de l’indifférence sera un jour publié sur les toits, c’est-à-dire annoncé de manière à être entendu de tous.

Notre Seigneur nous invite à une vigilance extrême face à l’esprit du monde qui pourrait nous porter à renier le Dieu que nous avons reconnu dans notre cœur. Il nous dit : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » Il nous rappelle son amour et sa fidélité indéfectible au cœur de notre combat quotidien dans le témoignage de notre foi et la fidélité à notre engagement à le suivre sur le chemin de la charité et du don de nous-mêmes. Celui qui n’oublie pas un seul moineau et se préoccupe du moindre détail ne laissera pas les témoins de l’Evangile, les martyrs et autres témoins de la foi, dans l’oubli et le silence de la mort. Il leur rendra justice en les faisant entrer dans sa vie.

Mais, il nous faut reconnaître que ces paroles de Jésus s’appliquent seulement à ceux qui osent dire en toute assurance : « Qui nous séparera de l’amour de Jésus-Christ ? » (cf. Rm 8, 35-38) Enracinés dans une confiance totale en l’amour de leur Maître, ils sont de véritables disciples.

« Seigneur, en ce jour, nous te demandons cette grâce de renouveler notre attachement à ta personne. Qu’unis à toi dans la charité, dans le don total de nous-mêmes, nous osions témoigner de cet amour qui nous a racheté et qui nous fait vivre. Tu nous l’a dit : ‘Personne ne peut témoigner un plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.’»

Frère Elie
Revenir en haut Aller en bas
 
Samedi 9 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samedi 2 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 6 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 8 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Lundi 11 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Samedi 3 Décembre 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: