Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jeudi 30 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Jeudi 30 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour   Jeu 30 Juin - 12:46:14



Jeudi 30 Juin 2011
Textes de la messe de ce jour

Jeudi, 13ème Semaine du Temps Ordinaire

Ss. Premiers martyrs de l'Eglise de Rome





1ère lecture : Le sacrifice d'Abraham
( Gn 22,1-13.15-19 )
Lecture du livre de la Genèse


Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l'offriras en sacrifice sur la montagne que je t'indiquerai. » Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux de ses serviteurs et son fils Isaac. Il fendit le bois pour le sacrifice, et se mit en route vers l'endroit que Dieu lui avait indiqué. Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit l'endroit de loin. Abraham dit à ses serviteurs : « Restez ici avec l'âne. Moi et l'enfant nous irons jusque là-bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous. » Abraham prit le bois pour le sacrifice et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu et le couteau, et tous deux s'en allèrent ensemble. Isaac interrogea son père Abraham : « Mon père ! - Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est l'agneau pour l'holocauste ? » Abraham répondit : « Dieu saura bien trouver l'agneau pour l'holocauste, mon fils », et ils s'en allaient tous les deux ensemble.

Ils arrivèrent à l'endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y éleva l'autel et disposa le bois, puis il lia son fils Isaac et le mit sur l'autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l'ange du Seigneur l'appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L'ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l'enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s'était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils.

Du ciel l'ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham : « Je le jure par moi-même, déclare le Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique, je te comblerai de bénédiction, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance tiendra les places fortes de ses ennemis. Puisque tu m'as obéi, toutes les nations de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »
Alors Abraham retourna auprès de ses serviteurs et ensemble ils se mirent en route pour Bershéba ; et Abraham y habita.


Psaume : Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants.
( 114, 1-2, 3ac-4, 5-6, 7b-8 )

J'aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l'invoquerai.

J'étais pris dans les filets de la mort,
j'éprouvais la tristesse et l'angoisse ;
j'ai invoqué le nom du Seigneur :
« Seigneur, je t'en prie, délivre-moi ! »

Le Seigneur est justice et pitié,
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits :
j'étais faible, il m'a sauvé.

Le Seigneur m'a fait du bien.
Il a sauvé mon âme de la mort, *
gardé mes yeux des larmes
et mes pieds du faux pas.


Acclamation : Alléluia. Alléluia.

Il est bon de fêter notre Dieu, il est bien de chanter sa louange,
lui qui guérit les coeurs brisés et soigne leurs blessures.
Alléluia. (Ps 146, 1.3)




Evangile : Guérison du paralysé en signe du pardon des péchés
( Mt 9, 1-8 )
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus monta en barque, traversa le lac et alla dans sa ville de Capharnaüm.
Et voilà qu'on lui apportait un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon fils, tes péchés sont pardonnés. »
Or, quelques scribes se disaient : « Cet homme blasphème. »
Mais Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : « Pourquoi avez-vous en vous-mêmes des pensées mauvaises ?
Qu'est-ce qui est le plus facile ? de dire : 'Tes péchés sont pardonnés', ou bien de dire : 'Lève-toi et marche' ?
Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés...» alors, il dit au paralysé : « Lève-toi, prends ta civière, et rentre chez toi. »
L'homme se leva et rentra chez lui. En voyant cela, la foule fut saisie de crainte, et elle rendit gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.




Homélie

« Confiance, mon fils ». La première action de Jésus consiste à distinguer le paralytique du groupe, à l’inviter à un rapport personnel avec lui. Jésus lui manifeste cette alliance particulière par le pardon de ses péchés. Cette absolution est originale. En rendant pur un paralysé, Jésus ébranle la conception commune que péché et infirmité vont de pair. En différant la guérison, Jésus montre que la justice de l’âme n’est pas incompatible avec l’infirmité du corps. Il montre que les croyances traditionnelles de son temps ne sont pas toujours ajustées.
Nous savions cela — nous le savons parce que Jésus nous l’appris. Mais cet évangile réveille peut-être une autre association, très proche : celle de la culpabilité et de la maladie. Nos culpabilités paralysent fréquemment notre vie de foi dans des attitudes convenues. Pour éviter de les affronter, nous renonçons souvent à la vie, nous évitons d’approfondir la cohérence du mystère du dessein de Dieu sur nos vies ou encore nous nous rassurons dans une soumission servile à diverses croyances traditionnelles. Nous ressemblons alors au groupe indistinct et muet des porteurs du paralytique.

Le Seigneur nous appelle alors : « confiance, fils ». Dans cette interpellation, Jésus nous fait la grâce d’une foi débarrassée de toute culpabilité, d’une foi qui voit plus loin que la limite de nos connaissances, d’un élan qui ose accueillir le Seigneur comme il se révèle : notre sauveur, tout simplement et radicalement. Saisissons cette grâce et donnons au Seigneur la joie de nous voir habités d’une foi authentique et pure, une foi qui fait grandir, une foi qui rend gloire à Dieu.

Frère Dominique
Revenir en haut Aller en bas
 
Jeudi 30 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeudi 16 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Lundi 13 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mardi 7 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 10 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 8 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: