Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mardi 21 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mardi 21 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour   Mar 21 Juin - 11:17:49



Mardi 21 Juin 2011
Textes de la messe de ce jour

Mardi, 12ème Semaine du Temps Ordinaire
Férie

S. Louis de Gonzague Mémoire






1ère lecture : Le chemin de Loth et le chemin d'Abraham
Gn 13, 2.5-18
Lecture du livre de la Genèse


Abraham était puissamment riche en troupeaux, en argent et en or. Loth, qui accompagnait Abraham, avait également du petit et du gros bétail, et son propre campement. Le pays ne suffisait pas à les faire vivre, parce que leurs troupeaux étaient trop considérables pour qu'ils puissent rester ensemble. Il y eut des disputes entre les bergers d'Abraham et ceux de Loth. Abraham dit à Loth :
« Surtout, qu'il n'y ait pas de querelle entre toi et moi, entre tes bergers et les miens, car nous sommes frères ! N'as-tu pas tout le pays devant toi ? Séparons-nous donc. Si tu vas à gauche, j'irai à droite, et si tu vas à droite, j'irai à gauche. »
Loth regarda, et il vit que toute la région du Jourdain était bien irriguée. Avant que le Seigneur détruisît Sodome et Gomorrhe, elle était comme le jardin du Seigneur, comme le pays d'Égypte, quand on arrive au delta du Nil. Loth choisit pour lui toute la région du Jourdain et il partit vers l'est. C'est ainsi qu'ils se séparèrent. Abraham resta dans le pays de Canaan, et Loth dans les villes de la région du Jourdain ; il poussa ses campements jusqu'à Sodome. Les gens de Sodome se conduisaient mal, et ils péchaient gravement contre le Seigneur.

Après le départ de Loth, le Seigneur dit à Abraham :
« Lève les yeux et regarde, de l'endroit où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l'orient et l'occident. Tout le pays que tu vois, je te le donnerai, à toi et à ta postérité, pour toujours. Je rendrai nombreuse ta postérité, autant que la poussière sur le sol : si l'on pouvait compter les grains de poussière, on pourrait compter tes descendants ! Va ! Parcours le pays dans toute son étendue : c'est à toi que je vais le donner. »
Abraham déplaça son campement et alla s'installer aux chênes de Mambré, près d'Hébron ; et là, il dressa un autel au Seigneur.


Psaume : Le juste habitera ta maison, Seigneur.
14, 1a.2, 3bc-4ab, 4d.5


Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son coeur.

Il ne fait pas de tort à son frère
et n'outrage pas son prochain.
A ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il ne reprend pas sa parole.
Il prête son argent sans intérêt,
n'accepte rien qui nuise à l'innocent.
Qui fait ainsi demeure inébranlable.


Acclamation : Alléluia. Alléluia.

Lumière du monde, Jésus Christ,
celui qui marche à ta suite aura la lumière de la vie.
Alléluia. (cf. Jn 8, 12)




Evangile : Discours sur la montagne : trois paroles sur la vraie vie
Mt 7, 6.12-14
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus sur la montagne, il leur disait :
« Ce qui est sacré, ne le donnez pas aux chiens ; vos perles, ne les jetez pas aux cochons, pour éviter qu'ils les piétinent puis se retournent pour vous déchirer.

Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi, voilà ce que dit toute l'Écriture : la Loi et les Prophètes. Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s'y engagent.
Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent. »




Homélie

La première sentence prononcée par Jésus dans le passage que nous venons d’entendre a de quoi surprendre ! Jésus nous encouragerait-il à une attitude sélective en ce qui concerne les destinataires de la Bonne Nouvelle ? Les occultistes de tout bord se sont appuyés sur ce verset pour accréditer leur thèse d’un enseignement « ésotérique » donné par Notre-Seigneur à un groupe restreint de disciples ; à l’exclusion de ceux « du dehors » - comparés à des « chiens » ou à des « cochons » - à qui serait réservé un enseignement « exotérique ». Resitué dans son contexte, le sens de ce verset apparaît cependant tout autre.
Selon les rituels prescrits par la Torah, les aliments « sacrés » sont ceux qui sont prélevés sur les offrandes faites à Dieu. Les « donner aux chiens » est un geste sacrilège et une rupture explicite de l’alliance avec le Seigneur, puisqu’il s’agit d’un refus méprisant de partager les mets de sa table en signe de communion. L’allusion à un animal peu apprécié par les sémites, ne fait que souligner l’irrévérence envers le Donateur.

La seconde partie du verset reprend et approfondit cette mise en garde : aux aliments sacrés correspondent les « perles », aux chiens correspond les « cochons », l’animal impur par excellence pour un Juif. Cette fois il ne s’agit plus de notre attitude devant les dons de Dieu, mais de l’utilisation de nos propres perles. Il est évidemment stupide de jeter des biens précieux mais non comestibles à des animaux affamés : que voulez-vous qu’ils fassent d’autre que piétiner nos dons avec impatience, voire même « se retourner contre nous pour nous déchirer » ? Dans notre contexte, ce geste absurde trahirait une totale incompréhension de la nature du trésor qui nous est confié. La perle représente traditionnellement le Royaume ; le porc est l’animal bassement terrestre, associé au culte d'Adonis à qui on le sacrifiait pour activer les forces vitales souterraines. Jeter ses perles aux cochons signifie donc confondre la vie nouvelle que Jésus nous offre de la part du Père, avec les puissances de ce bas monde, invoquée dans les cultes offerts aux divinités païennes. Ne nous étonnons pas que celles-ci nous déchirent !

Le verset ne nous invite donc pas à constituer un petit groupe d’initiés, mais tout au contraire, à ne pas mépriser l’enseignement du Seigneur, comme le faisaient les scribes, pharisiens et autres docteurs de la Loi, ou à le confondre avec des pratiques idolâtriques dont Jésus vient précisément nous délivrer.

Le verset suivant semble à première vue en rupture avec ce qui précède : « Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux », et Jésus ajoute : « vous aussi ». Nous sommes donc nous-mêmes les premiers bénéficiaires de cette attitude que Jésus adopte à notre égard, et que nous sommes invités à prolonger en faveur des autres. Dès lors, la « porte étroite » par laquelle Jésus nous invite à entrer, est celle de la logique du don ; la seule valable aux yeux du Dieu d’amour, mais qui est méprisée par le monde, qui ne croit pas en la gratuité.
Revenant aux deux images du début de la péricope, nous découvrons ainsi qu’elles renvoient à la manière dont nous avons à gérer notre propre humanité : il s’agit en stricte justice, de donner à chacun ce qui lui revient.
- A Dieu « ce qui est sacré » : c’est d’abord envers lui que nous avons à nous acquitter d’une dette insolvable de charité.
- Quant aux « perles » qu’il nous confie - à savoir la Révélation de son Nom et de son Visage – sachons-nous montrer dignes de la confiance que le Seigneur nous fait en nous les confiant, en les distribuant à notre tour largement à tous ceux qui désirent échapper à l’esclavage des idoles de ce monde.

Cette interprétation est confirmée par l’ajout : « Voilà ce que dit toute l’Ecriture : la Loi et les Prophètes ». Dans un autre passage Jésus enseigne en effet que « tout ce qu’il y a dans l’Ecriture - dans la Loi et les Prophètes - dépend de deux commandements » (Mt 22, 37-40) : l’amour de Dieu et l’amour du prochain. Telle est la porte étroite, le chemin resserré qui conduit à la vie ; puissions-nous être de ceux qui le trouvent.

« Seigneur qui séjournera sous ta tente ? Celui qui se conduit parfaitement, qui agit avec justice, et dit la vérité selon son cœur. Il ne fait pas de tort à son frère, et n’outrage pas son prochain. Qui fait ainsi demeure inébranlable » (Ps 14).

Père Joseph-Marie

Revenir en haut Aller en bas
 
Mardi 21 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mardi 7 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Lundi 13 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 10 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 8 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 3 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: