Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Samedi 18 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Samedi 18 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour   Sam 18 Juin - 12:56:46


Samedi 18 juin 2011
Textes de la messe de ce jour


Samedi, 11ème Semaine du Temps Ordinaire
Férie



1ère lecture : Paul ne met pas son orgueil dans ses visions, mais dans sa faiblesse

2Co 12, 1-10
Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens


Frères,
il faut donc des motifs d'orgueil ! Alors, bien que ce soit inutile, j'en viendrai aux visions et aux révélations reçues du Seigneur.
Je connais un fidèle du Christ qui, voici quatorze ans, a été enlevé jusqu'au troisième ciel - je ne sais pas si c'était avec son corps ou si c'était une vision, Dieu seul le sait - .
Cet homme que je connais bien a été enlevé jusqu'au paradis - je ne sais pas si c'était avec son corps ou si c'était une vision, Dieu seul le sait -
et cet homme a entendu des paroles inexprimables, qu'on n'a pas le droit de redire.
Pour cet homme-là, je pourrai m'enorgueillir, mais pour moi-même, je ne mettrai mon orgueil que dans mes faiblesses.
Donc, si je voulais m'enorgueillir, ce ne serait pas de la folie, car je ne dirais que la vérité. Mais j'évite de le faire, pour qu'on n'ait pas sur mon compte une idée plus favorable qu'en me voyant ou en m'écoutant.
Et puis, les révélations que j'ai reçues sont tellement exceptionnelles que, pour m'empêcher de me surestimer, j'ai dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour m'empêcher de me surestimer.
Par trois fois, j'ai prié le Seigneur de l'écarter de moi.
Mais il m'a déclaré : « Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » Je n'hésiterai donc pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi.
C'est pourquoi j'accepte de grand coeur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.


Psaume : Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !

Ps 33, 8-9, 10-11, 12-13

L'ange du Seigneur campe à l'entour
pour libérer ceux qui le craignent.
Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
Heureux qui trouve en lui son refuge !

Saints du Seigneur, adorez-le :
rien ne manque à ceux qui le craignent.
Des riches ont tout perdu, ils ont faim ;
qui cherche le Seigneur ne manquera d'aucun bien.

Venez, mes fils, écoutez-moi,
que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
Qui donc aime la vie
et désire les jours où il verra le bonheur ?


Acclamation : Alléluia. Alléluia.


Jésus Christ s'est fait pauvre, lui qui était riche,
pour qu'en sa pauvreté nous trouvions la richesse. Alléluia. (cf. 2 Co 8, 9)



Evangile : Discours sur la montagne : remettre ses soucis entre les mains du Père du ciel
Mt 6, 24-34
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent.
C'est pourquoi je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ?
D'ailleurs, qui d'entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ?
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.
Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux.
Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui est là aujourd'hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?
Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : 'Qu'allons-nous manger ?' ou bien : 'Qu'allons-nous boire ?' ou encore : 'Avec quoi nous habiller ?'
Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.
Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché.
Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »



Homélie

Dans l’évangile d’hier, Jésus nous demandait de compter sur les seuls « trésors » de Dieu. Mais ne serait-ce pas là s’exposer à l’angoisse incessante du lendemain ?
L’évangile d’aujourd’hui vient répondre à cette question. Jésus nous y invite à ne pas nous laisser accaparer par les soucis et l’inquiétude. Par six fois, Matthieu reprend le verbe « se faire du souci » mais en nous appelant à rejeter toute forme d’angoisse, aussi profonde soit-elle. La raison en est simple : notre vie tout entière est placée sous le regard de Dieu « qui sait ce dont nous avons besoin ».

Jésus n’encourage pas pour autant l’oisiveté, l’optimisme insouciant, ou une confiance paresseuse et inactive en Dieu. Ce que Jésus veut rejoindre ici c’est notre manière de nous situer face aux nécessités de la vie. Sommes-nous dans la paix ou dans l’inquiétude, le « souci » ?

Il faut travailler, gagner notre pain quotidien, prévoir le lendemain, certes ; mais il faut aussi, à travers tout cela, ne pas perdre de vue l’essentiel : la référence à notre Père du ciel de qui vient tout bien. Il ne s’agit pas de se polariser sur la nourriture, la boisson ou le vêtement comme le font les « païens » jusque dans leurs religions. Il s’agit, bien au contraire, de fixer notre regard sur celui qui nous donne tout cela comme fruit de notre travail dans un surcroît de sa bonté. Alors, avec les disciples, nous pourrons prier « Notre Père ». Ceux-là n’ont qu’un souci : que Dieu règne sur eux et en eux et qu’eux-mêmes puissent réaliser sa « justice », c’est-à-dire être ajustés à lui et à sa volonté en toute chose et en tout temps.

En nous recentrant sur notre unique nécessaire, son Père et notre Père, Jésus opère en nous une libération. Il exorcise en nous l’inquiétude qui provient de la peur de manquer, peur de ne pas tout maîtriser, peur de ne pas avoir tout en main. C’est là un danger qui guette tout autant les pauvres que les riches qui les uns comme les autres peuvent se laisser accaparer par le besoin d’avoir et de posséder toujours plus.

Jésus nous appelle ici à entrer dans une attitude de pauvre. Le pauvre est celui qui attend tout du Père mais qui ne tombe pas pour autant dans un quiétisme irresponsable. Dans le quotidien de sa vie, il travaille et agit comme si tout dépendait de lui mais, en même temps, il attend tout de la grâce.
Dans une telle attitude confiante, dans un tel effort d’ajustement à ce que Dieu attend de lui, il peut alors saisir qu’il est heureux. Résonne alors à ses oreilles la première des béatitudes : « Heureux les pauvres de cœurs, le royaume des cieux est à eux ».

Frère Elie
Revenir en haut Aller en bas
 
Samedi 18 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lundi 13 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mardi 7 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 10 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 8 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Samedi 3 Décembre 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: