Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vendredi 17 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Vendredi 17 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour   Ven 17 Juin - 12:46:46



Vendredi 17 juin 2011
Textes de la messe de ce jour


Vendredi, 11ème Semaine du Temps Ordinaire
Férie





1ère lecture : Paul met son orgueil dans ses épreuves et sa faiblesse
2Co 11, 18.21b-30
Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens


Frères,
puisque tant d'autres ont des motifs d'orgueil purement humains, je vais donner, moi aussi, mes motifs d'orgueil.
Si les faux apôtres ont de l'audace - je suis insensé de dire cela - moi aussi j'aurai de l'audace.
Ils sont Hébreux ? Moi aussi. Ils sont Israélites ? Moi aussi. Ils sont de la descendance d'Abraham ? Moi aussi.
Ils sont ministres du Christ ? Je le suis plus qu'eux, même si j'ai l'air fou de dire cela. La fatigue, je l'ai connue plus qu'eux ; la prison, plus qu'eux ; les coups, bien davantage ; le danger de mort, très souvent.
Cinq fois, j'ai reçu des Juifs les trente-neuf coups de fouet ; trois fois, j'ai subi la bastonnade ; une fois, j'ai été lapidé ; trois fois, j'ai fait naufrage et je suis resté vingt-quatre heures perdu en mer.
Souvent à pied sur les routes, avec les dangers des fleuves, les dangers des bandits, les dangers venant des Juifs, les dangers venant des païens, les dangers de la ville, les dangers du désert, les dangers de la mer, les dangers des faux frères.
J'ai connu la fatigue et la peine, souvent les nuits sans sommeil, la faim et la soif, les journées sans manger, le froid et le manque de vêtements, sans compter tout le reste : ma préoccupation quotidienne, le souci de toutes les Églises.
Si quelqu'un faiblit, je partage sa faiblesse ; si quelqu'un vient à tomber, cela me brûle.
Alors, s'il faut des motifs d'orgueil, c'est dans les signes de ma faiblesse que je mettrai mon orgueil.


Psaume : De toutes les épreuves, Dieu délivre les justes.
Ps 33, 2-3, 4-5, 6-7

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m'entendent et soient en fête !

Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.


Acclamation : Alléluia. Alléluia.

Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux !
Alléluia. (Mt 5, 3)




Evangile : Discours sur la montagne : le vrai trésor ; la lumière intérieure
Mt 6, 19-23
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler.
Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler.
Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

La lampe du corps, c'est l'oeil. Donc, si ton oeil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière ;
mais si ton oeil est mauvais, ton corps tout entier sera plongé dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres y aura-t-il ! »




Homélie

Notre-Seigneur connaît vraiment le cœur de l’homme ! Il suffit que nous entendions le mot « trésor » pour que notre attention se réveille. Il fera encore référence au trésor dans une autre parabole : « Le Royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ� » (Mt 13, 44s). Dans l’enseignement que nous venons d’entendre, il ne s’agit cependant pas de la découverte d’un trésor, mais de la constitution du précieux larcin. « Se faire un trésor » signifie rassembler dans le secret, à l’abri des regards indiscrets - et surtout des doigts trop longs - des biens acquis de grande valeur.
Jésus ne conteste pas la légitimité de cette action : au contraire, il l’encourage : « Faites-vous des trésors� » Il se fait même notre complice, puisqu’il nous donne des conseils sur les précautions à prendre quant au choix de la cachette : gare aux mites qui grignotent les étoffes précieuses, à la rouille qui ronge l’argent et l’or, et surtout : méfiez-vous des voleurs, qui n’hésitent pas à « percer les murs pour voler ». Mais où trouver un lieu qui soit à l’abri de ces dangers ? La réponse est simple : « Faites-vous des trésors dans le ciel » : là au moins il n’y a pas de mites, pas d’humidité et pas de brigands !
Non seulement vous êtes sûrs de garder votre bien, mais aussi la santé spirituelle, « car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ». Si notre trésor est enfoui en ce bas-monde, menacé par tout ce que nous venons de décrire, il est clair que notre cœur, soucieux de notre trésor, subira le même sort : nous souffrirons bien vite de sclerocardia, cette terrible maladie cardiaque qui consiste en une progressive sclérose du cœur. Car les mites des soucis dévoreront notre paix intérieure, nous plongeant dans le trouble et l’inquiétude ; les eaux souterraines du soupçon dévoreront mieux que la rouille nos relations humaines, nous enfermant dans la solitude ; et avant même que les voleurs ne nous dévalisent, la peur nous aura déjà volé notre joie de vivre.
Il n’est donc guère intéressant de « nous faire des trésors sur la terre » : non seulement ils y seront sans cesse menacés, mais nous risquons d’y perdre le peu de bonheur que nous avions. Comment discerner alors cette île mystérieuse, ce fameux « ciel » dont parle Jésus, où nous pourrions enfouir notre bien en toute sécurité ?
« La lampe du corps, c’est l’œil », nous répond Jésus, qui ajoute : « Si ton œil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière » ; donc aussi mon cœur, qui, dans l’anthropologie biblique, symbolise l’organe du discernement. En d’autres termes, il me faut être attentif à la lumière qui me pénètre par les yeux, ou encore : vérifier la qualité du regard que je pose sur les êtres. L’œil mauvais est l’œil qui voit le mal, c’est-à-dire qui ne perçoit pas le bien dans ce qui l’entoure ; qui ne reconnaît pas la présence divine au cœur de toute créature, mais réduit celle-ci à un objet de consommation, une source de convoitise, une possibilité d’enrichissement. L’œil mauvais procède d’un regard de cupidité, qui engendre l’avarice et l’envie. « Si la lumière qui est en toi est de cette nature ténébreuse, quelles ténèbres n’y aura-t-il pas dans ton cœur ! » Mais si ton œil est bon, si tu reconnais en toutes choses un don du Père qui à travers les créatures te dit son amour et t’invites à la filiation, tu seras dans la lumière, ton cœur jubileras dans la contemplation de la gloire que le Seigneur te réserve auprès de lui dans les cieux. Y a-t-il plus fabuleux trésor que celui-là ?

« Père Saint, purifie mon regard de la convoitise, afin que mon cœur puisse accueillir la lumière de ta Révélation et discerner ton appel à vivre de ta vie. Aide-moi à me souvenir que “ressuscité avec le Christ, ce sont les réalités d’en-haut qu’il me faut rechercher : c’est là qu’est le Christ, assis à ta droite” (Col 3, 1). Donne-moi ton Esprit Saint, que je puisse “tendre vers les réalités célestes, et non pas vers celles de la terre, dans la conscience que ma vie est dès à présent cachée avec Jésus en toi, Père. Je veux faire mourir en moi ce qui appartient encore à ce monde qui passe : débauche, impureté, passions, désirs mauvais, et cet appétit de jouissance qui est un culte rendu aux idoles. Je veux me débarrasser de tout cela : colère, emportement, méchanceté, insultes, propos grossiers, mensonge. Oui : je veux me dégager des agissements de l’homme ancien qui est en moi, et revêtir l’homme nouveau. Alors, quand paraîtra le Christ, moi aussi, je paraîtrai avec lui en pleine gloire” (Col 3, 5-10.4). »

Père Joseph-Marie
Revenir en haut Aller en bas
 
Vendredi 17 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lundi 13 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 10 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mardi 7 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Vendredi 3 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 8 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: