Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dimanche 22 Mai 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Dimanche 22 Mai 2011 : Textes de la messe de ce jour   Dim 22 Mai - 10:09:47




Dimanche 22 Mai 2011
Textes de la messe de ce jour





5ème Dimanche de Pâques




1ère lecture : Les premiers auxiliaires des Apôtres
Ac 6, 1-7
Lecture du livre des Actes des Apôtres


En ces jours-là, comme le nombre des disciples augmentait, les frères de langue grecque récriminèrent contre ceux de langue hébraïque : ils trouvaient que, dans les secours distribués quotidiennement, les veuves de leur groupe étaient désavantagées.
Les Douze convoquèrent alors l'assemblée des disciples et ils leur dirent : « Il n'est pas normal que nous délaissions la parole de Dieu pour le service des repas.
Cherchez plutôt, frères, sept d'entre vous, qui soient des hommes estimés de tous, remplis d'Esprit Saint et de sagesse, et nous leur confierons cette tâche.
Pour notre part, nous resterons fidèles à la prière et au service de la Parole. »
La proposition plut à tout le monde, et l'on choisit : Étienne, homme rempli de foi et d'Esprit Saint, Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, un païen originaire d'Antioche converti au judaïsme.
On les présenta aux Apôtres, et ceux-ci, après avoir prié, leur imposèrent les mains.

La parole du Seigneur était féconde, le nombre des disciples se multipliait fortement à Jérusalem, et une grande foule de prêtres juifs accueillaient la foi.


Psaume : Seigneur, ton amour soit sur nous,
comme notre espoir est en toi !
Ps 32, 1.2b-3a, 4-5, 18-19


Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !
Jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
Chantez-lui le cantique nouveau.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu'il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.




2ème lecture : Le peuple sacerdotal
1P 2, 4-9
Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre


Frères,
approchez-vous de lui : il est la pierre vivante que les hommes ont éliminée, mais que Dieu a choisie parce qu'il en connaît la valeur.
Vous aussi, soyez les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel, et vous serez le sacerdoce saint, présentant des offrandes spirituelles que Dieu pourra accepter à cause du Christ Jésus.
On lit en effet dans l'Écriture : Voici que je pose en Sion une pierre angulaire, une pierre choisie et de grande valeur ; celui qui lui donne sa foi ne connaîtra pas la honte.
Ainsi donc, honneur à vous qui avez la foi, mais, pour ceux qui refusent de croire, l'Écriture dit : La pierre éliminée par les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle, une pierre sur laquelle on bute, un rocher qui fait tomber. Ces gens-là butent en refusant d'obéir à la Parole, et c'est bien ce qui devait leur arriver.
Mais vous, vous êtes la race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu ; vous êtes donc chargés d'annoncer les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.


Acclamation : Alléluia. Alléluia.

Tu es le Chemin, la Vérité et la Vie, Jésus, Fils de Dieu.
Celui qui croit en toi a reconnu le Père. Alléluia. (cf. Jn 14, 6.9)




Evangile : « Personne ne va vers le Père sans passer par moi »
Jn 14, 1-12
Evangile de Jésus Christ selon saint Jean

A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ?
Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi.
Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.
Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu. »
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père.
Comment peux-tu dire : 'Montre-nous le Père' ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c'est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres oeuvres.
Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des oeuvres.
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes oeuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père. »




Homélie

Les disciples sont « bouleversés », car ils commencent à comprendre que le chemin de leur Maître va passer par la mort ; et sans doute conjointement craignent-ils pour leur propre vie. Jésus les rassure par une parole que nous pourrions expliciter comme suit : « De même que vous croyez au Dieu d’Israël, qui a sauvé son peuple de manière préfigurative en lui faisant traverser la Mer Rouge à la suite de Moïse, croyez aussi en moi, car je m’apprête à vous sauver d’une manière définitive en traversant pour vous les grandes eaux de la mort ».

En parlant ainsi, Jésus annonce non seulement que la mort ne pourra le retenir puisqu’il prendra pied sur l’autre rive, celle de la vie définitive, mais il révèle également qu’il va réaliser cet exode pour ses disciples, comme un nouveau Moïse ouvrant le passage devant le nouveau peuple de Dieu.


Pas un instant Jésus ne se préoccupe de lui-même, de sa Passion désormais proche ; il cherche uniquement à rassurer ses disciples sur leur sort. Quant à lui, il ne part pas pour l'inconnu : il rentre chez lui au terme d'un long voyage. Comment ne serait-il pas heureux à la veille de retrouver « la maison de son Père » ! Sa joie déborde malgré la dureté du chemin qu’il s’apprête à prendre. Pas l’ombre d’une amertume pour l’incompréhension persistante de ses compagnons de route ; il ressort tout au contraire de ces quelques versets que son bonheur ne sera total que lorsqu'ils partageront sa joie. Il part en premier pour nous préparer une place et s’assurer que tout soit prêt pour notre arrivée ; et lorsque nous le rejoindrons, il viendra personnellement nous accueillir, pour nous prendre avec lui et chez lui.

Jésus n’est venu sur terre et vivra sa Pâque, uniquement pour avoir la joie de nous accueillir un jour dans la maison de « son Père et notre Père, de son Dieu et notre Dieu » (cf. Jn 20, 17).

Mourir ce n'est pas, comme le pensaient les Juifs, descendre dans le Shéol ou l'Hadès pour y mener une vie ténébreuse ; ce n'est pas, comme le prétendent certains biologistes athées, restituer à la nature sa propre matière organique pour une utilisation ultérieure par d'autres êtres vivants. Pour les croyants, mourir c’est « entrer dans la vie » (Ste Thérèse de l’Enfant Jésus), c'est aller demeurer avec le Christ dans le sein du Père, partageant sa propre vie divine.

Dans sa Lettre encyclique sur l'espérance (Spe salvi), le pape Benoît XVI constate que certaines personnes ne désirent pas la vie éternelle : elles semblent même en avoir peur ! Probablement parce que nous ne réussissons pas à penser à la vie définitive différemment de ce que nous connaissons ici-bas, alors qu'il s'agit d'une vie sans aucune des limitations douloureuses que nous endurons sur cette terre. La vie éternelle, dit l'Encyclique, sera une « immersion dans l'océan de l'amour infini ». En disant cela, nous ne prétendons pas avoir levé le voile du mystère, car il ne peut pas l'être. Mais l'essentiel est dit : la vie éternelle sera une pleine communion, corps et âme, avec le Christ ressuscité, dont nous partagerons la gloire et la joie.

La question de Thomas est celle du vrai disciple, soucieux de suivre et de rejoindre au plus vite son Maître. Elle permet à Jésus de nous donner cette magnifique réponse : « Je suis le chemin, la vérité, la vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi ». Désormais, Dieu ne se donne à rencontrer que sur le chemin par lequel le Christ vient à nous. Bien plus : l’expression « passer par moi » suggère qu’il est non seulement le « chemin » d’accès, mais aussi la porte qu’il faut franchir, pour accéder à la « maison du Père », terme de notre pèlerinage à sa suite.

Ce qui nous renvoie à l’Evangile de dimanche passé : d’une part, le Bon Berger passe par la porte à la tête de son troupeau (Jn 10, 4) ; de l’autre il est aussi la porte des brebis, qui donne accès aux pâturages où elles pourront « aller et venir » (Jn 10, 9).

Nous retrouvons ce même balancement dans l’évangile de ce jour : pour rejoindre la demeure du Père où le Fils nous a « préparé une place », nous devons prendre le chemin qu’il ouvre devant nous. Mais la maison où nous nous rendons n’a qu’une seule porte d’accès : le Fils unique, par qui il faut aussi « passer », c'est-à-dire à qui il nous faut nous identifier en épousant sa volonté, comme lui-même communie totalement à celle de son Père, au point que Jésus peut dire : « Je suis dans le Père, et le Père est en moi » ; bien plus : « Le Père et moi nous sommes Un » (Jn 10, 30).

Il s’en suit tout à fait logiquement que « celui qui m’a vu a vu le Père » ; c'est-à-dire : celui qui dans la foi accueille la Parole du Fils, connaît aussi le Père dont Jésus révèle le vrai visage. Tel est l’inouï de l’Evangile : Dieu, l'invisible, l'inaccessible, l’Au-delà de tout, veut être connu, rencontré, aimé en son Verbe incarné.

Franchi ce seuil, toutes les audaces sont permises au croyant : « Celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi, voire de plus grandes ». Chacun d’entre nous a pour vocation de révéler un aspect de l’infinie tendresse du Père, « qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (2nd lect.) ; c’est ainsi que nous deviendrons des « pierres vivantes du Temple spirituel » édifié sur la « Pierre angulaire » : le Christ.

Comme les disciples après la Pentecôte, « approchons-nous du Seigneur Jésus » (2nd lect.) « remplis de foi et d’Esprit Saint » (1ère lect.), et devenons ce que nous sommes : « la race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu », chargé d’annoncer à tous les hommes que Jésus est le vrai chemin, celui qui donne accès à la vie éternelle. Le Seigneur nous redit, à nous et à tous ceux à qui nous nous adresserons : « Je vous ai révélé cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie » (Jn 15, 11).

« Dieu qui as envoyé ton Fils pour nous sauver et pour faire de nous tes enfants d’adoption, regarde avec bonté ceux que tu aimes comme un père ; puisque nous croyons au Christ, accorde-nous la vraie liberté, celle qui consiste à tout accueillir avec action de grâce de ta main. Devenant toujours plus transparents à ton amour, à l’image de Jésus, nous pourrons alors vivre de ta vie et être des témoins crédibles de la Bonne Nouvelle de ton amour miséricordieux pour tous les hommes nos frères. »

Père Joseph-Marie
Revenir en haut Aller en bas
 
Dimanche 22 Mai 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samedi 3 Décembre 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 12 Janvier 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Jeudi 13 Janvier 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Samedi 12 Février 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Mercredi 16 Février 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: