Forum Religion Catholique

Forum convivial pour partager notre foi, nos prières, accueillir tous les Catholiques qui souhaitent découvrir ou redécouvrir notre belle Religion
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jeudi 19 Mai 2011 : Textes de la messe de ce jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Jeudi 19 Mai 2011 : Textes de la messe de ce jour   Jeu 19 Mai - 10:55:00




Jeudi 19 Mai 2011
Textes de la messe de ce jour





Jeudi, 4ème Semaine du Temps Pascal
S. Yves




1ère lecture : À Antioche de Pisidie, Paul s'adresse aux Juifs dans la synagogue
Ac 13, 13-25
Lecture du livre des Actes des Apôtres

Quittant l'île de Chypre pour l'Asie mineure,
Paul et ses compagnons s'embarquèrent à Paphos, et arrivèrent à Pergé en Pamphylie. Mais Jean-Marc les quitta et s'en retourna à Jérusalem.
Quant à eux, ils poursuivirent leur voyage au-delà de Pergé, et arrivèrent à Antioche de Pisidie. Le jour du sabbat, ils entrèrent à la synagogue et y prirent place.
Après la lecture de la Loi et des Prophètes, les chefs de la synagogue envoyèrent quelqu'un pour leur dire : « Frères, si vous avez un mot d'exhortation pour le peuple, prenez la parole. »
Paul se leva, fit un signe de la main et dit : « Hommes d'lsraël, et vous aussi qui adorez notre Dieu, écoutez :
Le Dieu d'Israël a choisi nos pères ; il a fait grandir son peuple pendant le séjour en Égypte et, par la vigueur de son bras, il l'en a fait sortir.
Pendant une quarantaine d'années, il les a nourris au désert
et, après avoir exterminé sept nations païennes au pays de Canaan, il leur en a distribué le territoire en héritage.
Tout cela avait duré environ quatre cent cinquante ans. Après cela, il leur a donné des juges, jusqu'au prophète Samuel.
Puis ils demandèrent un roi, et Dieu leur a donné Saül, fils de Kish, un homme de la tribu de Benjamin, qui régna quarante ans.
Après l'avoir rejeté, Dieu a suscité David pour le faire roi, et il lui a rendu ce témoignage : J'ai trouvé David, fils de Jessé, c'est un homme selon mon coeur ; il accomplira toutes mes volontés.
Et, comme il l'avait promis, Dieu a fait sortir de sa descendance un sauveur pour Israël : c'est Jésus, dont Jean Baptiste a préparé la venue en proclamant avant lui un baptême de conversion pour tout le peuple d'Israël.
Au moment d'achever sa route, Jean disait : 'Celui auquel vous pensez, ce n'est pas moi. Mais le voici qui vient après moi, et je ne suis pas digne de lui défaire ses sandales.' »


Psaume : Sans fin, Seigneur, nous chantons ton amour !
Ps 88, 2-3, 21-22, 25.27

L'amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l'annonce d'âge en âge.
Je le dis : C'est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« J'ai trouvé David, mon serviteur,
je l'ai sacré avec mon huile sainte ;
et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.

« Mon amour et ma fidélité sont avec lui,
mon nom accroît sa vigueur.
Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut ! »


Acclamation : Alléluia. Alléluia

Jésus Christ, témoin fidèle, premier-né d'entre les morts,
tu nous aimes, et par ton sang tu nous délivres du péché.
Alléluia. (cf. Ap 1, 5)




Evangile : Explication du lavement des pieds : le maître et les serviteurs
Jn 13, 16-20
Evangile de Jésus Christ selon saint Jean


Après avoir lavé les pieds de ses disciples, Jésus parla ainsi : « Amen, amen, je vous le dis : le serviteur n'est pas plus grand que son maître, le messager n'est pas plus grand que celui qui l'envoie.
Si vous savez cela, heureux êtes-vous, pourvu que vous le mettiez en pratique.
Je ne parle pas pour vous tous. Moi, je sais quels sont ceux que j'ai choisis, mais il faut que s'accomplisse la parole de l'Écriture : Celui qui partageait mon pain a voulu me faire tomber.
Je vous dis ces choses dès maintenant, avant qu'elles n'arrivent ; ainsi, lorsqu'elles arriveront, vous croirez que moi, JE SUIS.
Amen, amen, je vous le dis : recevoir celui que j'envoie, c'est me recevoir moi-même ; et me recevoir, c'est recevoir celui qui m'envoie. »




Homélie

« Le serviteur n’est pas plus grand le maître ». Jésus rappelle cette évidence pour écarter toute interprétation ambiguë du lavement des pieds. Le maître n’échange pas sa place avec le disciple, il enseigne quel doit être l’attitude du disciple qui veut ressembler au maître.

Savoir cela, recevoir cet enseignement, nous rend heureux si on le met en pratique. La Pâque a été célébrée, le passage a été ouvert, mais le disciple n’est pas plus grand que le maître, il lui faut suivre à présent cette voie. Il doit persévérer dans la tâche du service enseignée par le maître, sachant comment la route s’achève... Le paradoxe de l’évangile de ce jour est de trouver son sommet dans l’annonce de la trahison d’un frère.

Cette annonce ne saurait cependant troubler la joie de la résurrection. En premier lieu, parce que cette trahison pourra être assumée sans que la foi en Jésus défaille. Comment le pourrait-elle puisque cette trahison ne fait qu’accomplir la Parole ? Elle fait partie du chemin que Jésus nous indique et nous décrit à l’avance. Elle ne le met donc pas en défaut. Elle devient même un critère de conviction : « lorsqu’elles arriveront, vous croirez que moi, JE SUIS ». Ces événements tragiques prennent un sens et dévoilent l’identité de Jésus. Autrement dit, ils nous disent que Jésus est Dieu, qu’il est le Ressuscité ! Quelle étrangeté.

Pour le comprendre, il ne faut pas s’arrêter aux résistances charnelles face à l’injustice et à la souffrance mises en perspective. Jésus nous enseigne comment nous comporter envers le « traître » : il lave les pieds de Pierre. Son exemple est celui de la charité fraternelle prévenante. Jésus aime le premier et suscite en retour l’amour.

La clé de cet amour est dans l’humble service accompli. Il trouve une verbalisation sur la plage de la mer de Galilée, lorsque Jésus ressuscité interroge celui qui l’a renié : « Pierre, m’aimes-tu ? ». Jésus a fait le premier pas de l’amour. Son attente est alors la même qu’au soir du lavement des pieds. Sa détresse est la même que sur la Croix. « J’ai soif » criait Jésus à Pierre et à tous les hommes dont il attend une réponse d’amour au-delà de leur trahison.

Frère Dominique
Revenir en haut Aller en bas
 
Jeudi 19 Mai 2011 : Textes de la messe de ce jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samedi 3 Décembre 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Jeudi 13 Janvier 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Jeudi 24 Mars 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Jeudi 27 Janvier 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Jeudi 16 Juin 2011 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Religion Catholique :: Lectures du jour :: Textes de la messe de ce jour-
Sauter vers: